A propos du Rosaire

On attribue l’origine de cette pratique de piété à saint Dominique qui, au début du 13e siècle, l’employa comme méthode de prédication et de prière pour convertir les Albigeois. Vers le 15e siècle on codifia cette prière en quinze dizaines (dix Je vous salue Marie précédés du Notre Père et suivis du Gloire au Père), on fixa la liste des quinze mystères, on organisa les confréries du Rosaire.

Réciter ces prières en l’honneur de Marie était, par comparaison avec un usage courtois du Moyen- Âge, comme si on lui tressait une couronne, ou un chapeau (chapel) de roses. D’où les noms de couronne (en Italie), de chapelet, de rosaire, qui sont à peu près synonymes. Mais, dans l’usage ordinaire, on désigne plutôt Par le nom de chapelet un tiers de rosaire (cinq dizaines), et l’instrument bien connu qui sert à compter les Pater et les Ave.

C’est la prière la plus simple : elle peut se murmurer dans la fatigue dans le bruit, ou avant de s’endormir ; c’est alors l’affectueux balbutiement d’un enfant à sa Mère très bonne.

Hors des cas que nous venons de dire, la récitation du chapelet ou du Rosaire doit prendre place dans la méditation d’un événement (mystère) de la vie de la Vierge ou du Christ. Chacun de ces « mystères » continue en effet d’agir en nous par la grâce. Il est recommandé de suivre les sujets et l’ordre du tableau ci-après. Et il est bon, avant chaque dizaine, de faire une des lectures indiquées pour le mystère.

Comment prier le Rosaire ?

Commencer par faire le signe de la Croix. Réciter ensuite le Credo, puis un Pater, trois Ave Maria et le Gloria Patri.

Avant chaque dizaine : « Nous t’offrons Seigneur Jésus, cette (première) dizaine, en l’honneur de (l’Annonciation), et nous te demandons, par ce mystère et par l’intercession de ta Très Sainte Mère, la grâce de (l’humilité). »

Lecture de la Parole de Dieu.

Récitation de la dizaine : 1 Pater, 10 Ave Maria, 1 Gloria Patri.

À la fin de chaque dizaine : « Grâce du mystère de (l’Annonciation), descend dans nos âmes. Amen. »

À la fin d’un chapelet : Salve Regina.

Les prières du Rosaire

Je crois en Dieu le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre  et en Jésus-Christ son Fils unique, Notre-Seigneur  qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie ; à souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli ; est descendu aux enfers ; le troisième jour est ressuscité des morts ; est monté aux cieux, est assis à la droite Dieu le Père tout-puissant, d’où il viendra jugé les vivants et les morts.

Je croix au Saint-Esprit ; à la Sainte Église catholique ; à la communion des saints ; à la résurrection de la chair ; à la vie éternelle. Amen.

Notre Père, qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne vienne, que votre volonté soit faite, sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas entrer en tentation, mais délivrez-nous du mal. Amen

Je vous salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant, et à l’heure de notre mort. Amen

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Salut, ô Reine, mère de miséricorde : notre vie, notre douceur et notre espérance, salut ! Enfants d’Ève, exilés, nous crions vers toi ; vers toi, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes. Ô toi, notre avocate, tourne vers nous ton regard miséricordieux. Et après cet exil, montre-nous Jésus, le fruit béni de tes entrailles, ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie !

Immaculée Vierge Marie, faites que la récitation de votre Rosaire soit pour moi chaque jour, au milieu de mes devoirs multiples, un lien d’unité dans les actes, un tribut de piété filiale, une douce récréation, un secours pour marcher joyeusement dans les sentiers du devoir.

Faites surtout, ô Vierge Marie, que l’étude de vos quinze mystères forme peu à peu dans mon âme une atmosphère lumineuse, pure, fortifiante, embaumée, qui pénètre mon intelligence, ma volonté, mon cœur, ma mémoire, mon imagination, tout mon être. Ainsi contracterai-je l’habitude de prier en travaillant sans le secours des formules, par des regards intérieurs d’admiration et de supplication ou par les aspirations de l’amour.

Je vous le demande, ô Reine du saint rosaire, par Dominique, votre fils de prédilection, l’insigne prédicateur de vos mystères et le fidèle imitateur de vos vertus.

Ainsi soit-il !

Les mystères du Rosaire

Les mystères joyeux (se prient le lundi & le samedi)

  1. L’Annonciation (l’humilité)
  2. La Visitation (la charité fraternelle)
  3. La Nativité (l’esprit de pauvreté)
  4. La Présentation de Jésus au Temple (la pureté et l’obéissance)
  5. Le Recouvrement de Jésus au Temple (la recherche de Dieu en toutes choses)

Les mystères lumineux (se prient le jeudi)

  1. Le Baptême de Jésus dans le Jourdain (la fidélité aux promesses de notre Baptême)
  2. Les Noces de Cana (la confiance en Marie)
  3. La Prédication du Royaume de Dieu (la conversion du cœur)
  4. La Transfiguration (le recueillement et la prière)
  5. L’Institution de l’Eucharistie (la dévotion au Très-Saint Sacrement)

Les mystères douloureux (se prient le mardi et le vendredi)

  1. L’Agonie de Jésus au jardin des Oliviers (le repentir et la résignation à la volonté de Dieu)
  2. La Flagellation (la mortification des sens)
  3. Le Couronnement d’épines (la patience dans les épreuves)
  4. Le Portement de la Croix (la fidélité à Dieu dans la vie quotidienne)
  5. La Crucifixion et la mort de Jésus sur la Croix (la persévérance et le pardon des offenses)

Les mystères glorieux (se prient le mercredi et le dimanche)

  1. La Résurrection (la foi)
  2. L’Ascension (l’espérance)
  3. La Pentecôte (la Charité et les dons de l’Esprit)
  4. L’Assomption de la Vierge Marie (une bonne mort)
  5. Le Couronnement de la Vierge Marie (le triomphe du Cœur immaculé de Marie)