Ille-et-Vilaine - Brocéliande - Étang de Paimpont, galerie Flickr de Mathieu Brient.

Brocéliande

Non loin du bourg de Paimpont, en Ille-et-Vilaine, s’étendent 8000 hectares de bois et d’étangs, vestiges d’une forêt beaucoup plus vaste dont on retrouve la présence étrange dans tous les romans de la Table ronde. Lieu de l’épreuve et de l’initiation, lieu des mauvaises rencontres, parfois fatales, royaume des fées et de l’enchanteur Merlin, la forêt de Brocéliande peuple toutes les imaginations depuis que les romans de chevalerie se sont répandus en Europe. Y régnait tout d’abord le magicien et barde Merlin qui conseillait le roi Arthur et institua la Table ronde et son compagnonnage. Brocéliande était alors le cœur des royaumes celtiques qui comprenaient, outre la Bretagne, l’Irlande, le pays de Galles, la Cornouaille britannique.

Merlin vivait dans le bonheur sous les feuillages légers de la forêt, au milieu de ses étangs et près de ses deux plus célèbres fontaines, la fontaine de Jouvence qui donnait l’éternelle jeunesse et la fontaine de Barenton aux enchantements divers, tel celui de faire naître des dragons, de faire venir la pluie ou se lever des flammes. Jusqu’au jour où, à cet endroit même, se montra la fée Viviane dont Merlin tomba éperdument amoureux, au point qu’il lui révéla tous ses secrets de magie : elle se servit alors de ses enchantements contre lui et l’endormit d’un profond sommeil dans la forêt. Il y dort toujours.

Du jour où Viviane régna sur Brocéliande, bien des chercheurs d’aventures y connurent des destins hasardeux. Ainsi, Viviane enleva le jeune Lancelot, se jeta avec lui dans l’un des étangs de Paimpont, l’y éduqua (d’où le nom du chevalier, Lancelot du Lac). Plus tard, Lancelot rencontra l’épouse d’Arthur, la belle Guenièvre, qui lui avoua son amour sur un petit pont que l’on voit encore, le Pont-du-Secret. Ailleurs, au Val-sans-Retour, une autre fée non moins pernicieuse, Morgane, enfermait tous ses amants dans un paradis imaginaire d’où ils ne pouvaient s’échapper, la sortie étant gardée par un géant. Lancelot brava ces terreurs imaginaires, libéra les malheureux amants de Morgane : depuis ce temps, le Val-sans-Retour est vide. Mais tout demeure étrange à Brocéliande : cet étang qui tremble au bout d’une allée forestière, est-il bien réel ? Et ces pierres renversées et moussues, au détour d’un taillis, pourquoi ne pas y voir ce qui reste du château du roi pêcheur, qui gardait le Graal ? Nul ne sait, tout s’est perdu, si ce n’est, grâce à la magie, de ceux qui composèrent les récits de chevalerie — plus forte encore que la magie de Morgane — le souvenir de la quête la plus tumultueuse qui fût — au cœur d’une immense forêt dont Paimpont représente à présent le dernier lambeau.

[PhotoCC]