Merlin

MerlinL’un des personnages les plus connus de la légende arthurienne. Merlin a eu une existence réelle soixante-dix ans après l’Arthur historique : c’était un petit roi des Bretons du nord, dans la Basse Écosse, qui, devenu fou après une bataille, se réfugia dans une forêt et se mit à prophétiser. La légende s’est emparée de lui et des éléments mythologiques divers se sont cristallisés sur son personnage. On y trouve le thème du fou inspiré par la divinité, le thème de l’Homme sauvage, maître des animaux et équilibrateur de la nature, le thème de l’enfant qui vient de naître et qui parle en révélant l’avenir, le thème du magicien enchanteur.

Dans la légende élaborée, Merlin est le fils d’un diable incube, ce qui explique ses pouvoirs. Il s’oppose au roi usurpateur Vortigern, sert et conseille Aurélius Ambrosius (Emrys Gwledig), devient le conseiller permanent et le magicien attitré d’Uther Pendragon, fait concevoir Arthur par Uther, confie l’enfant à Antor, et le fait reconnaître comme roi des Bretons, le conseille et l’aide dans ses entreprises, établit la Table Ronde. En quelque sorte, Merlin est le druide intégral, doué d’énormes pouvoirs et formant avec le roi un couple sacré destiné à régir la société, sur le modèle du duo mythique Mithra-Varuna de la tradition indienne. Il est aussi le druide primordial, maître des animaux sauvages et de la nature. Ayant rencontré, dans la forêt de Brocéliande, la jeune Viviane dont il tombe amoureux, il lui révèle ses secrets. Celle-ci l’enferme dans un château invisible. On ne voit plus Merlin, mais on entend encore sa voix, ce qui met l’accent sur l’importance de la voix dans l’incantation druidique.

Le nom de Merlin vient probablement du mot français Merle, par suite d’une rencontre phonétique avec le nom gallois Myrddin. La légende de Merlin a été intégrée au début du XIIe siècle à la tradition arthurienne par le clerc gallois Geoffroy de Monmouth. Parmi les personnages qui ont influencé l’image définitive de Merlin, on peut reconnaître l’Irlandais Suibhné ; l’écossais Lailoken et le Gallois Gwyddyon.